Accueil > Château de la Buzine > L’échappée au Château de la Buzine

L’échappée au Château de la Buzine

samedi 17 mai 2008, par Allaudien

Un coup de T.G.V. direction le Sud et le voilà enfin, le Château de ma mère, cher à Pagnol à plus d’un titre. Il est encore emmitouflé dans les échafaudages liés aux travaux de réhabilitation du Château de la Buzine.

Ce n’est pas par le Tramway de Marseille, arrêt La Barasse qu’il peut être de nos jours possible de visiter le Chateau de ma mère, c’est toutefois un peu comme Pagnol, mais de manière plus moderne ou rapide : le TGV.

Si Pagnol et sa petite famille prenait le temps d’une matinée pour rejoindre Marseille a cette colline proche de la treille, il faut le même temps de nos jours mais au départ de Paris : voici donc l’échappée au Château de ma Mère.

Il est là, aussi magnifique qu’en mauvais état, impressionnant par la taille, mais meurtri de toute part.

Ses murs sont emmitouflés dans des échafaudages, son toit est en train de commencer à renaître après avoir disparu et laissé passer les pluies et les intempéries qui l’ont éventré.

Au delà des travaux de réhabilitation, avec de l’imagination, l’espoir commence à naitre, des éléments habillant une ou deux fenêtres donnent le ton de ce que sera le Château.

Dans le parc, le temps s’est arrêté, les conifères sont droits dans un ciel de Provence tel qu’on le souhaite, ils n’attendent que les rires des enfants courants dans les escaliers qui mènent au Château. Le bassin est désespérément vide, attendant canards, bateaux, et bancs pour faire causette ou donner des rêves aux enfants.

Qu’il est joli le moi de Mai au pied du château, le temps d’une échappée chez Pagnol.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.