Coeur de Provence > Films > La culture de l’authentique

La culture de l’authentique

vendredi 10 octobre 2008, par Allaudien

Fanny est au Théâtre en ce mois d’octobre avec une représentation particulière.


D’une part la pièce est jouée à Paris, et ce au théatre du Vieux Colombier (la Comédie Française), ce qui est un évènement en soi.

D’autre part la pièce est jouée hors du temps, et n’est pas précédée de Marius, et sera suivie de César, peut-être par la suite.

Enfin la pièce est jouée en français, alors que Pagnol l’a pensée, écrite façonnée en marseillais. La différence n’est pas grande, mais elle est fondamentale.

Revenons aux fondements de la pièce, Pagnol dans les années 20, en manque de "sa" ville (Marseille), exprime le besoin d’écrire une pièce de théâtre qui soit marseillaise. Quelques années passent et il assiste à la représentation de l’époque : « Le Mariage de Mademoiselle Beulemans ».
Cette pièce qui est une réussite depuis déjà un moment le fait reflechir sur le succès possible pour une pièce très régionale :
« Ce soir-là, j’ai compris qu’une œuvre locale, mais profondément sincère et authentique, pouvait parfois prendre place dans le patrimoine littéraire d’un pays et plaire dans le monde entier. »

Ainsi, Marius, premier volet de la trilogie voir le jour en 1928, puis se sera Fanny et par la suite César, la trilogie était née.

Depuis cette première trilogie, Pagnol c’est un peu la culture de l’authentique, l’auteur qui fait penser à Marseille dès que l’on dit Pagnol, tout comme l’on pense Manosque lorsque on évoque Giono.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.