Coeur de Provence > La Gloire de mon père > Les personnages de Pagnol

Les personnages de Pagnol

dimanche 5 septembre 2010, par Allaudien

Au pays de la soif, là où les paysages façonnent les comportements et donc les hommes eux-mêmes, Pagnol préfère étudier les personnages.


Force de caractère

Les personnages de Pagnol dépeignent une époque tout autant que des moeurs, des façons de vivre. C’est le Marseille du début du siècle qui est raconté, coincé entre la ville, son port, et ses collines et ses paysans d’Aubagne ou d’Allauch.

Ces personnages n’ont pas de décor autre que la ville, tant est si bien que c’est au théâtre que la précision de ces caractères est mise en valeur dans des paysages qui restent flous, lointains. Ce ne sont pas les lieux qui font le drame, mais les êtres, les acteurs de la vie, les héros de Pagnol.
Pourtant ces êtres humains ne se comporteraient pas de la même manière dans d’autres lieux.

Les paysages façonnent le caractère

Jouer la partie de carte ailleurs qu’à Marseille, n’a pas de sens, pas de légitimité, pas plus que si l’on essaye de justifier que les amérindiens auraient pu vivre la même Histoire sur les pentes du Garlaban, plutôt qu’au Nord du fleuve Saint Laurent.

Le pays de la soif, le manque d’eau, la recherche de l’astuce permettant de se jouer du soleil et la transmission du savoir acquis de génération en génération façonnent les personnages au fil du temps. Ceux ci s’adaptent à leur environnement, leur caractère se modifie en profondeur pour donner en bout de chaine une identité, une unité de comportement, un savoir faire.
Il en est de même pour les amérindiens du nord du Saint Laurent, lesquels sans les forêts, les lacs et rivières, n’auraient pas vécu de la même manière, auraient eu une harmonie différente avec leur nature environnante si celle si avait été autre.

Pourtant Pagnol choisi les personnages.

Les personnages ou les paysages

Alors que ce sont les paysages qui justifient le comportement humain, Pagnol préfère peindre les personnages, et non les paysages.

Coté humain, il y a plus de profondeur et la lecture en dynamique des actes et de leur conséquence nécessite de passer du temps, de connaître les hommes pour n’avoir en fait qu’une approximation dans la connaissance de ces gens là. La dramatique surprends car elle est le fait de comportements de personnes sur lesquels chacun est acteur. Chaque action peut engendrer une réaction qui influe le comportement initial, Pagnol a su jouer avec cela dans ses pièces de théâtre.

Coté paysage, la lecture est bien moins profonde et le relief peut être compris, expliqué. Seuls les éléments naturels peuvent apporter de la dynamique mais la dramatique apparaît comme un élément extérieur. On ne peut pas, à priori, jouer sur ces éléments. Chaque action peut engendrer une réaction, mais sans modifier le comportement premier, car le paysage, l’élément naturel ne répond pas à une action humaine, il s’impose.

Dans son approche "personnages", Pagnol aurait donc choisi le point de vue de l’action, de la dramaturgie, de la réaction. Coté paysage, il aurait eu une approche contemplative, dénuée de drame et donc moins vivante que ce que les personnages hauts en couleur ont pu apporter dans la compréhension des comportements humains.


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.