Coeur de Provence > Théâtre > Marius Fanny au théâtre à Montréal

Marius Fanny au théâtre à Montréal

jeudi 14 février 2013, par Allaudien

Difficile d’être subjectif sur une pièce de Marcel Pagnol, lorsque l’on est loin de sa Provence et que l’on assiste à l’étranger à une prestation dont le sujet est acquis. Il ne reste qu’a apprécier le jeu des acteurs, écouter les réactions du public et voir si le dépaysement se fait. De Montréal, Marseille es tu si loin ?


Lorsque le rideau vert du théâtre éponyme s’ouvre sur le décor du Café de la Marine, les trois coups ne résonnent pas, nous rappelant que nous ne sommes pas en France mais au Québec, à Montréal.
C’est étonnamment le Café de la Marine qui nous accueille et non pas le bar cher à César. Certainement une adaptation québécoise, la seule durant ces deux heures de spectacle.

Marseille en décor


Les décors magnifiques nous font bien replonger dans ce Marseille d’avant guerre, la précision dans le choix des éléments de décor, les couleurs dans les lumières font que oui, on y est, il ne manque que les mouettes et l’air iodé du vieux port.

Pagnol en filigrane


Coté acteurs, une troupe locale avec chose appréciable pour du Pagnol, même joué hors de France, l’accent de la Provence. Il faut que cela chante, il faut qu’il y ait du rythme dans le phrasé, il faut que cela s’énerve dans le jeu des acteurs, ça doit s’engaster, et ça le fait bien, l’aïoli prend.

Depuis le Québec, il n’est pas évident du tout de jouer marseillais, un choix a été fait, il a été globalement été réussi puisque l’on retrouve les acteurs du film de Pagnol sur scène.
César n’est pas joué par Raimu, et c’est tant mieux, mais maitre Panisse est très ressemblant, même physiquement, pareillement pour M. Brun ou Picoiseau.

Concernant Marius, nous avons quasiment un sosie sur les planches avec un beau jeu d’acteur, une voix qui rappelle celle de Pierre Fresnay en 1931 et une belle conviction d’acteur.

Fanny réussi une belle composition théâtrale avec cependant un accent marseillais qui mérite à gagner en tripes, en profondeur. Coté émotion il y avait ce qu’il fallait avec de grands silences coté public, attentifs à la suite.
Il y eu des rires également, particulièrement riches.

Les rires primitifs


Plus la pièce se déroule, plus nous entrons avec les personnage dans la dramaturgie. Les émotions sont particulièrement entourées de silences, les phrases cultes font mouche, mais sont extrêmement particulières.

Si la scène par exemple de la partie de cartes, fait de nos jours sourire, ici au Québec ce sont des rires primitifs qui éclatent. Une partie du public semble découvrir ou redécouvrir de plus près la pièce et les rires sont naturels, francs, chaleureux.

On se rapproche de ce que Pagnol a ressenti lors de ces premières représentations lorsque que Raimu et Orane Demazis étaient sur les planches.
Ces moments là étaient fabuleux

Les plus beaux applaudissements lors du salut au public furent réservés au plus beau rôle manifestement, César avec certainement une pensée pour Raimu.

Pagnol universel


2013, Montréal, Marius et Fanny est joué au Théâtre depuis bientôt 100 ans et à des milliers de kilomètres de la Maison Pagnol, mais quel succès. Marseille Capitale mondiale de la culture en 2013, c’est à Montréal qu’elle peut se vivre.

La distribution

Marius : FRANÇOIS-XAVIER DUFOUR Son FaceBook

Fanny : MARIE-PIER LABRECQUE Son facebook

César : RÉMY GIRARD

Panisse : MANUEL TADROS


Messages

  • Bonjour Allaudien,

    Quelle belle critique !

    Nous avons nos billets pour le samedi 23 février. C’est avec un peu d’appréhension que je me préparais à voir cette pièce mythique jouée par des comédiens issus d’un monde si loin et si différent de la Provence de Pagnol.

    Non pas que nos comédiens ne soient généralement pas à la hauteur puisque le théatre classique a toujours été joué avec bonheur à Montréal. Les Racines et les Molières n’ont pas eu à souffrir de l’interprétation des comédiens québécois. Mais avec la "subjectivité", comme vous dites, qui ne peut qu’imprégner l’appréciation de ceux qui côtoient l’oeuvre de Pagnol depuis longtemps, il est prudent de ne pas s’emballer trop vite et même de se garder une petite réserve d’indulgence pour cette production entreprise avec coeur et amour du sujet. Au cas où...

    Merci de me rassurer. Venant d’une personne dont la passion et l’érudition pagnolesque n’est plus à prouver, cette évaluation critique, au final très positive, m’enlève toute appréhension. Je suis touché par votre enthousiasme et j’ai très hâte de voir la pièce.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.