Accueil > Le château de ma mère > Pagnol les châteaux et internet

Pagnol les châteaux et internet

vendredi 20 août 2010, par Allaudien

Comment Marcel Pagnol aurait il pu imaginer que les chemins qu’il a emprunté vers 1910 pour aller en vacances à la treille, puissent encore être un sujet de conversation bien après l’an 2000 sur un média qui se situe bien au delà de l’écriture littéraire, du théâtre ou du cinéma.

C’est ce que nous constatons ici sur coeur de provence avec quelques sites web, œuvres littéraires supplémentaires qui s’interrogent et essayent de trouver cette fameuse voie entre le terminus de la Barrasse et l’asile des vacances

Chacun peut y aller de ses propres hypothèses, et argumenter tel Joseph sur la possibilité que ce soit ce chemin, plutôt qu’un autre.

Les possibilités sont immenses et la réalité pagnolesque des faits restera telle une histoire de Pagnol ... le maitre en la matière ne connaissait pas le web et ne pouvait pas l’imaginer, même si il aurait été très à l’aise avec ce média.

Il a, cependant et à sa manière, eu raison du média : la puissance de communication du web ne peut l’emporter face à la malice d’un méridional, lequel, expérimenté en matière de secrets (ex le secret des sources au pays de a soif), a su garder les siens tout en révélant suffisamment de pistes pour que l’on s’y intéresse.

Le taoumé

Pagnol était un maitre en matière de dramaturgie, il l’est encore bien après sa mort.
Personne en peut venir valider que Pagnol est passé par tel chemin plutôt que tel autre, que le château de "la belle au bois dormant" est le Château de la Reynarde ou le Château Régis. Que vient faire le Château Saint Antoine dans ce méli-mélo déjà bien avancé, sinon que poser de nouvelle questions dans cette quête enivrante.

Il semblerait avec le temps que Pagnol à son tour nous pose une énigme à la façon de celle qu’il a essayé de résoudre avec le masque de fer : toutes les hypothèses peuvent être posées, aucune ne peut être validée, personne ne peut valider une solution plutôt qu’une autre !

Personne ? Peut-être pas, le secret pourrait être gardé de génération en génération du coté de la famille Pagnol : telle qu’une source dans le Garlaban, le chemin des Pagnol, une des clés de la seconde partie des souvenirs d’enfance, réside dans ce fameux parcours. Le révéler ferait tomber le charme et l’intérêt sur l’auteur, sa manière de raconter des histoires, alors que conserver le secret c’est garder la clé de la porte de l’imaginaire, du conte, de la tradition orale et en fin de compte de l’entité même du provençal.
Qu’est ce qu’être provençal, qu’être marseillais ? C’est être un peu plus malin que les autres, c’est raconter des galéjades, c’est embellir la réalité pour la rapprocher du rêve, mais en la gardant crédible, accessible..

Marcel Pagnol, c’est ça : au delà des sources, au delà des collines, c’est le secret de ses chemins. Marcher dans les pas de Pagnol nécessite de connaître le bonhomme, de le comprendre, et quelque part de l’apprécier, de partager ses valeurs.

Pagnol universel ? Oui universel, certainement et ce avec une base d’universalité large, très large car tout le monde peut le lire, essayer de le comprendre et chercher au delà de ses pas ... la voie de Pagnol, voire sa propre voie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.