Accueil > Balades en Provence > Le corbeau et le renard par Jean de la Canebière

Le corbeau et le renard par Jean de la Canebière

dimanche 9 mai 2010, par Allaudien

En bas du vieux port, sur le quai, il y a les marchands de poissons. Des Marseillais, des vrais, dont un surement plus poètes que les autres.
Il est De la Canebière, comme d’autres sont de la Fontaine, et entre Jean de la même trempe, voici une version du corbeau et du renard, revisité par Jean de la Canebière.

Gabian
C’était un beau gabian, qui furait les poubelles,
Car y a plus de poissons au large de Pomègues.
Il espinche et mate, à la pointe de l’île,
Dans un trou de rocher, un moulon de bordilles.

A l’espère, dès l’aube, affamé, fracassé,
Il se cherche un asseti pour pouvoir mastéguer.
En fouillant dans le tas, son œil est attiré,
Par un toc de Banon, qui sert à broméger.

Hélas, il était dur et à l’intérieur vide,
Je peux bien se dit-il me gratter l’embouligue,
Et comme l’on dit : « qui a bien dormi a dîné »,
Il monte dans un pin pour faire un pénéqué.

Arrive un cahu, fin comme une esquinade,
Qui avait les boyaux mêlés comme une rague.
En découvrant l’oiseau et son toc de fromage,
Aquelo empego, dit-il, cela est bien dommage,

Je pourrais bien me faire péter le bédélé,
Moi, qui n’ai jamais su pêcher un pataclé.
Ô gari ! chaspe moi, à moins que je ne rêve,
Car de te voir ainsi, les yeux me parpelègent,

Tu es vraiment le plus beau de Marseille à Cassis,
Si je ne t’avais vu, je serais mort d’estransi,
Si tu chantes aussi bien que ta robe est jolie,
Mes esgourdes croiront ouir Pavarotti.

Le gabian sur sa branche, de rire s’estrasse,
Aquêu cabot, qui pour manger s’escagasse,
J’ai aussi faim que lui et voudrais bien chacler,
Mais au lieu de baffrer, je vais bien m’esclaffer.

Il lâche le banon que le stassi achoppe,
Comme un cacou d’Endoume qui frotte sa minotte,
Et part en cavalant, comme un petit boumian,
Qui a chipé vingt ronds au bain des Catalans.

Moralité.

Si un jour, par un nervi, tu te fais pessuguer,
Ne soit pas le couillon qui est toujours aganté.
Tu bromèges un peu comme avec les girelles,
Et tu attends que ça pite, pescadou de Marseille.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.